DIGEVATALDED

Houmañ zo un destenn sokial
Houmañ zo ur brezegenn sokial
Houmañ zo un destenn sokial
Setu un destenn stourm all !

Digevatalded eo ma eil anv
O ruzañ en hañvouezh da c’hounit ma Euro

Keodedour a eil renk on me hiviziken
Na teod na dremm diwriziennet da viken
Tasmant Mc Namara zo o skourjezañ va c’hein
Dezhañ profet gant ar C.I.A ur pezh mell boked drein
Hent an daeroù evit ma fobl a vo peurbadel
Etre an tec’h ha sklaverezh un embregerezh liesvroadel
Kuitaet e vez ma bro etrezek ar mor-se
Kredet e vez alies e vez kavet goudor war-zu an norzh
Evezhiañ a ran ar Chakal o prientiñ an argad
An dud klañv a heul hemañ evel chas a-dreñv ur c’had

Digevatalded eo ma eil anv
O waskañ ma dour-c’hwez da vagañ anezho

Aberzhet gant hollc’halloudoù an F.M.E
Pleget e vez gant pouezh an dle pa n’eo ket gant nerzh an arme
Diktat bedel ur vestroni ekonomikel
Rust eo dorn ar mestr emañ va falz o sevel
Ya Aotrou dont a ran d’am zermen
Gant sikour ur Rios Montt evel resistanted San Miguel
Amañ taktik an douar devet n’eo ket labour an heol
Met hini ar vindrailherez hag an aerosol
Er park an tankoù o arat ar bern korfoù-marv
Dispar e vo an eost gant hor gwad o ruilhal en erv

Inégalité

Inégalité

ceci est un texte social
ceci est un discours social
ceci est un texte social
Voici un autre texte de combat !
L’inégalité est mon deuxième prénom
Je me traîne dans la fange pour gagner mon Euro
Je suis un citoyen de seconde zone désormais
Pas de langue ni de visage, déraciné à jamais
Le fantôme de Mc Namara me lacère le dos
La C.I.A lui a offert pour ça un gros bouquet d’épines
Le chemin des larmes pour mon peuple sera éternel
Entre la fuite et l’esclavagisme d’une multinationale
On quitte mon pays en traversant cet océan
On croit souvent trouver refuge en allant vers le Nord
J’observe le Chacal préparer son incursion
Et les gens enragés le suivent comme des chiens derrière un lièvre
L’inégalité est mon deuxième prénom
Je presse ma sueur pour subvenir à leurs besoins
Sacrifié par les pouvoirs suprêmes du F.M.I
On plie sous le poids de la dette quand ce n’est pas par la force de l’armée
Diktat mondial d’une domination économique
La main du maitre est sévère, ma faucille est en train de se lever
Oui Seigneur j’arrive à expiration
Avec l’aide d’un Rios Montt comme les résistants de San Miguel
Ici la politique de la terre brûlée n’est pas due au soleil
Mais est plutôt due à la mitrailleuse et à l’aérosol
Dans les champs les tanks labourent les cadavres
Exceptionnelle sera la moisson car notre sang coule dans le sillon