FRANKIZ ?

Sed aze ur c’hammed graet e bed ar c’hammster
Kilañ ‘vit lammat uhel ? Ne vo ket dister an diskar
Dieub ? Ster ar ger-se zo un touell
Tro-dro din an darn vrasañ o deus kollet ar poell
‘Baoe pell o deus e stanket, e verglet, e drec’het
Pa’z on-me nec’het
An engroez zo stuziet, kendrec’het da vezañ digabestr
Pa ne zeuan ket a-benn da dennañ lagad ebet diwar ar mestr

Frankiz, un dra bennak gant ar ger-mañ a lak ac’hanon d’en em gavout klañv diaes
N’on ket en ma aez pa vez an aezamant o plijout d’an dud muioc’h evit o frankiz

Marv moarvat met bev-mat dre ar yalc’had
Ar sunerien-wad a gav o feadra d’ar marc’had
Flemmet gant ur c’hleñved-red hollvedel
Ur jestr korfel kentoc’h eget ur striv speredel
Mil arouez oc’h ober brud er straedoù
Paket int aes gant gerioù-hud ar strujoù
Stlejet gant an diaoul betek an drekstal
Ur strinkell e pep brec’h, ‘bez dinec’h setu an dieub style !

An drougoù a bouez warnomp ‘roio deomp an donezon !
Ennout ennoc’h ennon ennomp !

Donderioù ar gêr un deiz a skopo ar fank
Re a dud en dienez setu perak e skoan ma Funk
Etre an dramm hag ar mank, ar mank hag an naon
An naon hag ar mann, ar mann hag an emgann
Gant preder e teuer tamm ha tamm da vout ur geder
Treuzwisket e vez alies ar spont dindan ar sioulder
Me a lavaro dit amañ n’eus ket siouloc’h eget ar feulster
Me a lavaro dit amañ n’eus ket feulsoc’h eget ar sioulder

Frankiz, un dra bennak gant ar ger mañ a lak ac’hanon d’en em gavout klañv diaes
N’on ket en ma aez pa vez an aezamant o plijout muioc’h d’an dud evit o frankiz

Hogen an heugenn a c’hallo tremen
Ma ne gas ket abeg ar ger-se e gementad a feulster
An emgreizadezh eo a grign an den
Gwallc’hoantegezh talvoudegezh an hini a ren
A-dreñv pep den galloudus e santan- me un torfed
Eus an uhelidi gablus betek an dilennidi c’hopret
Padal pep fed pep jestr din a zo sujet d’ur reolenn
Displeg din eta perak e welan atav ar c’hontrol ?

An drougoù a bouez warnomp ‘roio deomp an donezon !
Ennout ennoc’h ennon ennomp !

Ar c’hinniger tele o skignañ e gemennadenn
Evitañ, komz eus frankiz ‘zo ‘vel reiñ kaol d’un azen
E-barzh pep a glopenn e vez kavet pep a empenn
Hag e-barzh pep a glotenn e vez kavet pep a hentenn
Pa gomzan eus an holl e gomzan eus ar bobl
Spisoc’h e vo aze an tem stag mat da c’houriz ma faotr
A-dreñv pep den galloudus e santan-me un torfed
Eus an uhelidi gablus betek an dilennidi c’hopret
Padal pep fed, pep jestr din a zo sujet d’ur reolenn
Displeg din eta perak e welan atav ar c’hontrol ?

Liberté ?

Liberté ?

Voici un pas de plus dans l’univers du contresens
Reculer pour mieux sauter ? La chute n’en sera que plus violente Libre ? Le sens de ce mot est une escroquerie
La plupart des gens autour de moi ont perdu la raison
Ils l’ont depuis longtemps gelée, rouillée, vaincue
Alors que l’inquiétude me saisit
La foule est conditionnée, convaincue d’être libre
Pendant que je n’arrive pas à détourner le regard de notre maître

Liberté, quelque chose qui émane de ce mot me rend malade
Je suis pris d’un malaise quand les gens chérissent leur confort plutôt que leur liberté

Mort, ça c’est sur mais bien vivant par le profit
Les suceurs de sang trouvent leur bonheur sur les marchés
Atteints par une épidémie universelle
Un geste corporel plutôt qu’un effort spirituel
Mille signes racolent, font de la pub dans les rues
Ils sont vite rendus accros par les formules magiques des addictions Traînés par le diable jusque dans l’arrière boutique
Une seringue dans chaque bras, sois serein, voici le freestyle !

Les maux qui nous accablent nous donneront un précieux don En toi, en vous, en moi, en nous

Il viendra un jour ou les profondeurs de la ville cracheront la fange Trop de gens dans le besoin voilà pourquoi je kick mon funk
Entre la drogue et le manque, le manque et la faim
La faim et le rien, le rien et le combat
Petit à petit avec réflexion nous devenons des sentinelles La terreur est souvent déguisée sous le silence

Ici je te dirais qu’il n’y a pas plus silencieux que la violence Ici je te dirais qu’il n’y a pas plus violent que le silence
Néanmoins la nausée pourra passer
Si la raison de ce mot n’amène pas avec elle sa dose de violence L’égocentrisme ronge l’Homme
La cupidité est la valeur de l’homme qui règne
Je sens le crime derrière chaque être puissant
De l’Elite corrompue jusqu’aux élus rémunérés
Pourtant chacun de mes faits et gestes est soumis à une loi Explique moi donc pourquoi je vois toujours le contraire ?

Le présentateur TV propage son message
Quand ils parlent de Liberté
Les abrutis gobent sans réfléchir
Mais dans chaque boîte crânienne se trouve un cerveau

Et dans chaque rime se trouve une méthode
Quand je parle de tous je parle du peuple
Le thème est ici bien plus précis, attache bien ta ceinture mon gars Derrière chaque être puissant je sens le crime
De l’Elite corrompue jusqu’aux élus rémunérés
Pourtant chacun de mes faits et gestes est soumis à une loi Explique moi donc pourquoi je vois toujours le contraire ?