GANT MA HENT-BANN

Derc’hel a ran gant ma hent-bann ar pal eo difenn ma yezh vamm
Doujañ a ran da’m douar va mamm tamm-ha-tamm o vont war ziskar
Touellet omp bet abaoe m’omp bet trevadennet
Neuze emaon o stagañ e penn uhelañ yezh ar Gelted
Lavarout a ran fuck off da yezh an Impalaer
Troc’hañ a ran e daou damm teod an naer-wiber
Gwallet hor gwerc’hted gant sevenaerien Babilon
Hor frankizoù dizoujet, o arouezioù e pep korn !

Dorn-ha-dorn, skoazh-ouzh-skoazh echu ar bartiadenn siwazh
Gwelloc’h eo din kenvevañ met war a seblant n’hon eus ket da choaz
Hag an darn vrasañ eus an dud ne lavaront grik
Bouzar ha mut en deñvalijenn dindan skeud ar republik
Hon idantelezh’zo prennet, stanket el lezennoù diazez
Ur mailh on war an alc’hwezerezh enno e lakan un taol botez
Betek-henn pep gwagenn zo tarzhet ouzh moger greñv ar stad
Met evel ar meurvor, hon taerded Hag hon spi a zo distrad

Derc’hel a ran gant ma hent-bann
Ar pal, difenn ma yezh vamm

Evel angelloù ar pesked, al lennegezh m’eus evit ma heñchañ
Evit sachañ, evit desachañ ar bobl, an dud d’hon heuliañ
Seul niverusoc’h e vimp evit luskañ an emsav
Seul buhanoc’h e vo lakaet ar re wanañ war-sav
Rak neus ket amzer da goll bremañ eo mare an digoll
Spluj, spluj hep sunañ ar chug a rafe suj ac’hanout !
Evit ar minorelezhioù difennet o c’hoantoù
Brasaet o foanioù ha spazhet o c’helloù

Komz evit ar re wanañ sed aze pal Rhapsoldya
P’o d’eus kaset o sevenadur hon eus damgollet hon hini
Ha dirak o doareoù hudur hon eus kollet hon spi
Aloubet ha krouget gant servijourien Sodom
Evel pa vijent bet hollwennwisket
O teviñ ur groaz koad hag holl o dremmoù masklet
Gwaskerien, ur Bern, ur bern, ma z’eus eus ur baradoz,
Me lavar deoc’h, N’eus plas ebet ken en Ifern !

Ma trajectoire

Ma trajectoire

Je garde ma trajectoire, le but est de défendre ma langue maternelle
Je respecte ma terre-mère qui tombe peu à peu en ruine
On s’est fait manipuler depuis notre colonisation
Alors je hisse la langue celte au point culminant
Je dis « Fuck off » à la langue de l’empereur
Je tranche en deux la langue de vipère
Notre virginité violée par les civilisateurs de Babylone
Nos libertés bafouées, leurs symboles omniprésents !
Main dans la main, épaule contre épaule la partie est malheureusement finie
Il serait mieux pour nous de cohabiter mais apparemment nous n’avons pas le choix
Et la majorité des gens ne dit rien, sourds-muets dans l’ombre de la République
Notre identité est verrouillée, bloquée dans la Constitution
Je suis un expert en serrurerie, j’y mets un grand coup de latte
Jusqu’à maintenant, chaque vague s’est écrasée sur la grande muraille de l’Etat
Mais tel l’océan notre vivacité et notre espoir sont insondables
L’objectif: défendre ma langue maternelle
Telle les nageoires des poissons j’ai la littérature pour me guider
Afin d’attirer, d’entraîner le peuple dans nos pas
Plus nous serons nombreux à rythmer le combat
Plus rapidement seront remis sur pied les plus faibles
Il n’y a pas de temps à perdre le moment de la vengeance à sonné !
Plonge, plonge sans boire la tasse de la soumission
Pour les minorités aux envies interdites
Aux maux innombrables, soumises à la castration
Parler pour les plus faibles voila le but de RHAPSOLDYA
Quand ils ont imposé leur culture nous avons en partie perdu la notre
Et nous avons perdu espoir face à leurs manières obscènes
Conquis et pendus par les serviteurs de Sodome
Comme s’ils étaient vêtus de costumes blancs
Brulant des croix de bois, leurs visages masqués
Des oppresseurs par milliers
S’il existe un paradis, je vous dis qu’il n’y a plus aucune place en Enfer !